mercredi 23 avril 2014

BLACKSAD vu par

Alary

Alex Alice

Terry Dodson


Fabrice Le Hénanff

Homs

Jordi Lafevre

Nikolas Keramidas

Enrico Marini

José Luis Munuera

Carlos Pacheco

Ruben Pellejero


Miguelanxo Prado

Ralph Meyer

Roger

Tim Sale

Tim Sale

Yoann
Plus de détails ICI !

samedi 12 avril 2014

[SPECIAL NIGHTWISH] L'ALBUM DE LA SEMAINE (23): "Imaginaerum"

A ce moment-là, je ne connais que la fabuleuse "Ghost Love Score" découverte en bande originale d'une videoYouTube du Seigneur des Anneaux, et qui m'a tellement époustouflée que j'en ai acheté le mp3 aussitôt. Pourtant, le reste de l'album (téléchargé) ne m'avait pas convaincu (la faute, mais je ne le sais pas encore, à la voix trop pompeuse et trop lyrique de la diva Tarja Turunen), et je croyais à un coup foudre sans lendemain.
Et soudain, c'est ce disque, "Imaginaerum", qui m'attire l’œil à la FNAC : sa pochette somptueuse, à la fois onirique et cyberpunk (cf. le visuel), ses titres de chansons lourds d'une noire poésie et d'un lyrisme désenchanté ("Slow, Love, Slow", "Scaretale", "I Want My Tears Back", "Song Of Myself", "Arabesque") et... le prix (car la passion s'entache aussi parfois de considérations vilement matérielles : en promo à la FNAC à 5 euros).
J'hésite pourtant, d'autant que quelques recherches m'apprennent bientôt que ce n'est pas Tarja qui chante sur cet album, ce qui m'apparaît encore comme une mauvaise nouvelle (Tarja a une telle réputation de puissance et d'inventivité vocale, doublée d'une personnalité en acier trempé, que je crois toujours qu'elle est l'atout essentiel de la musique de Nightwish, et je me laisse finalement convaincre par les mauvais esprits qui conspuent sa remplaçante, une certaine Anette Olzon).
Et donc, je renonce, au profit d'un Rhapsody Of Fire que je rêve de découvrir (et qui me décevra profondément) et d'un Hammerfall qui me laissera tiède (comme souvent, à vrai dire).
Et puis, par curiosité, par désœuvrement, mais surtout par bonheur, je craque (une oreille) pour Anette.
Découverte au détour de YouTube, la remplaçante de Tarja est une fée gracile et inquiétante, à la voix de feu et de nuit, qui m'attirera dans l'univers fantasmagorique et hanté de cet "Imaginaerum", sans espoir de retour.





mercredi 9 avril 2014

[SPECIAL NIGHTWISH] L'ALBUM DE LA SEMAINE (22): "Showtime, Storytime"

Cet album live au Wacken Open Air en août 2013 était destiné à introniser au sein de Nightwish la très belle (et très grande !) Floor Jansen, qui remplace au pied levé et au micro la fabuleuse Annette Olzon (qui avait déjà pris la place de la diva Tarja Turunen cinq ans plus tôt dans les mêmes conditions). Plus metal, plus sauvage que la féérique Annette, Floor habite pourtant l'univers de Nightwish comme s'il avait été inventé pour elle et s'empare de leur scène pour la faire sienne avec la fougue d'une tornade de rêve et de feu.
Si elle ne parvient pas toujours à recréer la magie des chansons d'Annette ("Storytime", "Amaranth"), elle surpasse et fait sans peine oublier l'insupportable Tarja, notamment sur le chef-d'oeuvre "Ghost Love Score".
Mais cette performance de la vocaliste ne doit pas non plus éclipser celle de ses frères d'armes, notamment le phénoménal Marco Hietala à la basse et au micro, sorte d'alter ego maléfique de la Belle, et le virtuose Tuomas Holopainen, dans l'ombre de ses claviers et dans la lumière de ses compositions, épiques et merveilleuses.



lundi 10 février 2014

Je marche seul, et peut-être aussi sur les traces des autres

Qui saura dire si le clin d’œil de la pochette est volontaire ? 
"Born To Run" sort en 1975, "Non Homologué" en 1985. 
JJG a toujours cité Bob Dylan parmi ses racines musicales. 
Et les paroles ?
"Born To Run" : Cette ville t’écorche le dos, c'est un piège mortel / La journée, on s'épuise dans les rues d'un rêve américain qui s'enfuit / La nuit, on roule au milieu des villas des stars.
"Je marche seul" : La ville et ses pièges, ce sont mes privilèges / Je marche dans la ville, tout seul et anonyme / Dans les rues qui se donnent / Et la nuit me pardonne




 Et pour le plaisir des (clins d') yeux :



vendredi 27 décembre 2013

SetList Idéale Iron Maiden HellFest

Tous les espoirs sont permis concernant la setlist de Iron Maiden le 20 juin 2014. Pour mille raisons :
- 103 passages en France depuis 1980 ; ça remet en perspective le côté "phénoménal" de l'événement : donc pas besoin de n'attendre que des classiques, le public français les connaît bien ;
- l'alternance tournée promo/tournée best of que Maiden propose depuis 10 ans maintenant joue en notre faveur : le concert de juin dernier était un "best of", et pas de nouvel album en vue d'ici juin prochain : tout est possible ;
- Maiden est attendu au HellFest depuis tellement longtemps qu'on est en droit d'espérer des surprises, vieilleries, raretés, à l'image de cet inattendu "Afraid To Shoot Strangers" en juin 2013. Et pourquoi pas des titres du fabuleux "A Matter Of Life And Death", systématiquement laissé de côté depuis 2006 ?
En attendant le verdict, voilà ma setlist idéale pour juin prochain, des vieux classiques, des merveilles d'aujourd'hui, des raretés, des perles oubliées :
1. The Loneliness Of The Long Distance Runner (ma préférée du moment)
2. The Trooper (un classique direct en pleine face)
3. Dance Of Death (Janick Gers au sommet de son inspiration et de sa bougeotte)
4. Blood Brothers (le meilleur de Steve Harris)
5. Wasted Years (rien que pour l'intro)
6. Face In The Sand (la rareté du concert)
7. Fear Of The Dark (impossible de s'en passer)
8. Brave New World (le morceau de la Résurrection)
9. Hallowed Be Thy Name (le classique des classiques)
10. Childhood's End (l'autre rareté)
11. Paschendale (du pur Adrian Smith)
12. The Evil That Men Do (une évidence)
13. For The Greater Good Of God (pitié, oui, celle-là)
14. The Clairvoyant (classique oublié)
15. Afraid To Shoot Strangers (mon premier coup de coeur Maiden)
16. When The Wild Wind Blows (la seule perle du dernier album (solo de Bruce Dickinson ;) de Maiden)

Rappels :
17. Caught Somewhere In Time
18. Sign Of The Cross (le meilleur morceau de Maiden période Blaze Bayley (ou toutes périodes confondues ? ;)



lundi 23 décembre 2013

Petit Livre (Melodic & Metal) Rock

Puisque Hervé Bourhis dans son (formidable) Petit Livre Rock oublie soigneusement (quand il ne s'en moque pas ouvertement) le melodic rock et le hair metal et plus généralement tout ce que j'aime le plus au rock, voilà mes dessins pour mon Petit Livre Rock à moi.


1977
Une gargantuesque et tonitruante chauve-souris surgit de l'enfer 
et trouve le paradis à la lumière du tableau de bord



mercredi 25 septembre 2013

HEROS : John Wayne

On peut lui reprocher de n'avoir jamais interprété que son propre rôle, celui de l'homme bougon, coriace et solide qu'il semblait être dans la vraie vie, on peut lui tenir rigueur de ses infâmes prises de position radicales et conservatrices, participant avec enthousiasme à la chasse aux communistes et clamant la justesse quasi divine de l'intervention américaine au Nord-VietNam. On a raison.
Mais qu'il personnifie la rage et la colère dans la Prisonnière du désert, l'héroïsme déchu dans L'homme qui tua Liberty Valance, l'humanisme sacrifié dans Le massacre de Fort-Apache, la douleur et la résignation dans Le dernier des géants, John Wayne, s'il joue toujours John Wayne, en exprime monumentalement toutes les émotions.