dimanche 24 mai 2015

L'ART DE MICHEL JOUIN

Je vous entends crier d'ici : mais qui diable est Michel Jouin ?
Tout simplement un artiste d'affiches de films, au nom complètement inconnu, autrefois en contrat avec LucasFilms, aujourd'hui peintre animalier, découvert aux hasards de mes recherches sur Drew Struzan, et dont l'oeuvre disparate n'est pas sans intérêt. Jugez plutôt :

L'affiche française du Retour du Jedi

L'affiche française la plus connue du Temple Maudit

César 1989 de la meilleure affiche de film,
mais ce n'est pas suffisant pour éviter d'être salopée sur une jaquette DVD

Une affiche qui m'avait fascinée dans le hall du cinéma de mes huit ans (1985),
(en format au moins trente mètres sur quinze ;), quand mes parents m'y avaient emmené.


Une petite production Spielberg, plutôt bien troussée
mais pas trop restée dans les mémoires, signée Barry Levinson & Chris Columbus
Les célèbres affiches des adaptations de Pagnol par Claude Berri



Une belle affiche pour un beau souvenir de cinéma

Un des meilleurs westerns post-Eastwood, signé Lawrence Kasdan,
scénariste des Aventuriers de l'Arche Perdue


mardi 19 mai 2015

L'ART DE DREW STRUZAN (3) : Indiana Jones

Les affiches de Drew Struzan pour Les Aventuriers de l'Arche Perdue n'ont finalement pas été utilisées pour l'exploitation du film, la faute au petit malin qui s'était associé à Drew Struzan, en lui assurant : "Tu t'occupes du créatif, je m'occupe du business"(comprenez : "Tu travailles, je rafle le pognon").  
En effet, les affiches ont "disparu", vendues et revendues à des particuliers. Struzan ne les a retrouvées que près de trente ans plus tard, et s'est vu contraint de racheter son propre travail, parfois très abîmé. Il les a restaurées, et offertes à George Lucas.




Au final, ce sont celles (magnifiques) de Richard Amsel qu'on a vu partout.
La première affiche de Richard Amsel
On y voit l'accroche promotionnelle de "Jaws" et "Star Wars"
La seconde affiche de Richard Amsel
Commandée rapidement à la suite des scores phénoménaux du film au box-office,
cette nouvelle affiche est plus dynamique et ne fait plus apparaître l'accroche de la première :
Indy suffit à la publicité. C'est "le Retour de la Grande Aventure"

C'est pour Le temple maudit que Drew Struzan va trouver sa place d'illustrateur "officiel" d'Indiana Jones. 
La Paramount avait d'abord choisi Bruce Wolfe pour réaliser l'affiche. 


Pourtant, en dépit des évidentes qualités du travail de Wolfe, le studio contacte Drew Struzan en urgence une semaine après la sortie du film pour une nouvelle. En effet, Paramount avait décidé de définir un "style visuel" pour Indy et de choisir un artiste "officiel" pour ça : ce sera Drew Struzan.
Réalisée en quatre jours, son affiche est à mon avis sa plus belle, et la plus belle affiche de film jamais réalisée. Rien que ça ;)



Devenu pour tous (et en particulier pour George Lucas) le "dessinateur officiel d'Indy", Drew Struzan réalisera les affiches, mais aussi les couvertures des livres, les jaquettes des jeux vidéo, et même l'affiche de l'attraction de Disneyland.






Une anecdote sur l'affiche de l'attraction de Disneyland : le studio Disney avait négocié avec LucasFilms les droits sur le personnage et l'histoire, et pensait (à tort) posséder aussi les droits sur l'image d'Harrison Ford. Plutôt que de contacter celui-ci, ils demandent à Drew Struzan de ne pas dessiner le visage de l'acteur. L'artiste refuse, prétextant (à juste titre) qu'il passerait pour un imbécile, incapable de dessiner correctement Harrison Ford. Le studio lui propose alors, un peu perfidement, de négocier lui-même avec Ford, qu'il n'a encore jamais rencontré.
L'un a donc appelé l'autre, et l'acteur a dit très gentiment à l'artiste : "Puisque c'est vous qui faîtes l'affiche, je suis d'accord pour que vous utilisez mon image."
Selon Struzan, "Disney n'a jamais montré une once de gratitude envers moi, ni envers Harrison Ford."

Pour La dernière croisade, on a (enfin) dit à Struzan : "Faites ce que vous voulez."
Il s'est alors donné beaucoup de plaisir pour réaliser toutes ces affiches, allant même jusqu'à en dessiner une représentant Spielberg et Lucas, à la grande joie des deux intéressés.
"Même la Paramount a été parfaite, cette fois-ci", raconte Struzan. "C'était pendant une très mauvaise période pour moi et ma famille." A la suite de mauvais choix financiers et personnels, Struzan était en faillite. "J'ai pris tous les dessins d'Indy", continue Struzan, "et je les ai apportés à la Paramount, en leur demandant s'ils voulaient en acheter. Ils les ont achetés tous, d'un bloc, et m'ont sorti d'un lot de dettes écrasant. Ensuite, ils les ont offerts à Spielberg, à Kathleen Kennedy [productrice associée à Spielberg] et d'autres. C'était un très, très chouette travail."


L'affiche avec Lucas et Spielberg

L'affiche choisie pour le film, en raison de sa cohérence avec celles des films précédents
(la place des personnages, les colonnes)



Quelques-uns des dessins vendus par Struzan à la Paramount :





Pour le quatrième film, Drew Struzan est le seul artiste sur le coup : il dessine la pré-affiche, qui s'inspire de celle du Temple Maudit par Bruce Wolfe, et l'affiche officielle, là encore très fidèle à l'esprit des précédentes.

La pré-affiche

L''affiche officielle
D'autres affiches ont été réalisées par Struzan pour Le Royaume du Crâne de Cristal :

Une affiche alternative, à mon avis meilleure que celle retenue.

Celle-ci rappelle l'affiche de La Dernière Croisade, avec Indy et son père : bien vu !





lundi 18 mai 2015

VISIONS (17) : TARZAN/ÉLAN

Le principe :
entremêler 
un film
et
une chanson
qui se complètent.

Vision (17)
TARZAN/NIGHTWISH

"Élan" est le premier single du nouvel opus de Nightwish, Endless Forms Most Beautiful. A l'image de l'album, la chanson est riche en sonorités celtiques, profondes et envoûtantes comme des forêts magiques. La voix de Floor Jansen fait (évidemment) merveille, douce comme le début des temps et puissante comme le réveil d'un animal sauvage.
Qu'"Élan" devienne la bande-son de Tarzan, pour illustrer sa renaissance à l'humanité et le domptage de sa bestialité, s'est naturellement imposé.

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo sur Vimeo

vendredi 15 mai 2015

VISIONS (16) : IL ETAIT UNE FOIS DANS L'OUEST/LUCKY

Le principe :
entremêler 
un film
et
une chanson
qui se complètent.

Vision (16)
IL ETAIT UNE FOIS DANS L'OUEST/BIF NAKED

Attention, chef d'oeuvre, et je le dis sans fausse modestie.
Je ne parle pas du film en lui-même, bien qu'il soit incontestablement un des plus grands de toute l'histoire du cinéma (et le meilleur de son auteur, quoi qu'en dise les die-hard fans du génial "le bon, la brute et le truand" ;) 
Je ne le dis même pas parce que c'est mon montage le plus réussi (qui restera toujours "Le Bossu de Notre Dame / Ghost Love Score").
Je dis chef d'oeuvre, parce que je ne pensais pas parvenir à réaliser un montage avec un film dont la musique est à ce point indissociable des images. En clair, comment mettre une chanson sur ces images (sans utiliser un morceau déjà inspiré d'Ennio Morricone, genre "The Unforgiven" de Metallica)?
Réponse ici :  presque pas de coups de feu, mais des émotions qui vous sautent aux yeux et au cœur, parce qu'il en passe tellement dans ces gros plans, ces regards, ces gestes, qu'on ne peut que se dire "Sergio Leone ne pouvait décidément pas couper ce plan interminable". En bande-son, une chanson pop-rock de Bif Naked, totalement décalée et pourtant (à mon avis) absolument parfaite.

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo sur Vimeo

samedi 2 mai 2015

L'ART DE DREW STRUZAN (2) : Star Wars

Deuxième épisode : les affiches de Star Wars.
George Lucas était déjà fan de l'oeuvre de Drew Struzan avant de lui proposer dès 1977 de travailler sur la saga des Etoiles. Pourtant, les deux artistes en se rencontreront en personne qu'au début des années 90.

Attention, Drew Struzan n'est pas l'auteur des affiches originales les plus connues, celles-ci étant les oeuvres d'artistes tels que Tom Chantrell, Tom Jung, Kazuhiko Sano, Josh Kirby ou Roger Kastel : 


Tom Jung

Tom Chantrell

Josh Kirby

Roger Kastel

Kazuhiko Sano
Struzan a cependant peint quelques affiches pour la trilogie originale, notamment le fameux teaser-poster de 1983 pour "Revenge Of The Jedi", que George Lucas n'avait pas encore renommé (il a finalement décidé que la revanche n'était pas un concept Jedi ;).



 Mais il est surtout l'artiste des affiches de la sortie cinéma de l'édition spéciale, et selon moi, ce sont celles-là qui resteront dans les mémoires :




Et il est pour toujours celui qui a préparé dans les yeux et les rêves de tous les fans l'arrivée de la nouvelle trilogie en 1998. En effet, George Lucas a veillé, avec l'attention maniaque et obsessionnelle qui le caractérise, à ce que le visuel de l'Episode I soit exclusivement celui de l'affiche, et il a toujours refusé qu'elle soit utilisée pour autre chose. Comme le dit Struzan, "l'identité de ce film est passée par cette affiche et rien d'autre."
Le créateur-businessman George Lucas, aussi décrié par ses fans que par ses ennemis, gardera toujours cette qualité : il respecte infiniment le travail des artistes (en particulier ceux dont il est le patron ;). 


Après l'Episode I, la société LucasFilm était devenue tellement importante que Drew Struzan ne pouvait plus travailler avec Lucas directement, comme par le passé. Les directeurs artistiques pensaient qu'ils devaient donner des pistes et exiger des modifications, du genre : "Dessine Jango Fett debout, ou en position de tir, ou en vol, on choisira notre préférée."
Ils avaient également déclaré aimer l'affiche du Docteur Jivago et organisé une séance photo avec Hayden Christensen et Natalie Portman qui en reprenait les poses.


C'est le visuel qui apparaîtra finalement sur l'affiche :


Et les choses se sont moins bien passées encore pour l’affiche de l'Episode III. Les directeurs artistiques de LucasFilm réclamaient sans répit un Dark Vador plus grand, plus grand, plus GRAND, mais se heurtait au refus de l'artiste, qui estimait que cela déséquilibrerait la composition, le duel devant rester central sur l'affiche. En désespoir de cause, ils ont validé le visuel, avant de modifier numériquement le Vador à leur guise.
Drew Struzan en est resté mortifié, mais se félicite que George Lucas, qui a aligné les six affiches sur le mur menant à sa salle de projection, possède "la vraie, et pas la version altérée et pourrie".


"La version altérée et pourrie"
Quelques bonus pour finir : des esquisses de Natalie Portman en Padme Amidala, et un triptyque des trois épisodes I, II & III :