dimanche 22 mars 2015

RAMBO : Remembrance Day

Je viens de revoir Rambo pour la, quoi, trentième fois, peut-être (mais première fois depuis dix ans, au moins). Et comme souvent avec les films intelligents, celui-là ne me parle plus aujourd'hui de la même façon.
Oh, Sylvester Stallone y est toujours aussi bouleversant de violence animale et d’humanité asséchée (Sly est un grand acteur, celui qui te dira le contraire est fou (1)).
Et je suis toujours secoué par la bêtise brutale et ordinaire des flics qui malmènent jusqu'au naufrage un Rambo déjà à la dérive.
Et je suis toujours touché par sa gentillesse quasi enfantine quand il croit avoir retrouvé son dernier frère d'arme survivant, et par le chagrin glacé qui le saisit quand l'annonce de sa mort brise en lui le dernier lien qui le rattachait à la vie.
Mais quand Rambo redevient cette machine de guerre impossible à stopper, et que rien, ni la colère ni la vengeance, ne semble plus pouvoir justifier la violence systématique et dépassionnée qu'il déchaîne sur la ville, c'est finalement le malaise qui l'emporte sur la compassion.
Et quand, enfin, vaincu par sa propre folie sanguinaire, il se blottit en larmes dans les bras du colonel Trautman, comme un enfant terrifié qui se débat dans son cauchemar, c'est toute sa détresse de bête blessée qui s'abat sur moi.

Si Richard Crenna n'est pas extraordinaire dans son rôle d'instructeur d'élite dépassé par sa créature (on se prend à rêver à Kirk Douglas, sollicité pour le rôle (2)), mention spéciale en revanche à Brian Dennehy, encore une fois parfait, qui transcende son personnage de shérif bouseux et bas du front, pour en faire un type pragmatique et lucide, empêtré dans son (très personnel) sens du devoir, sa colère coupable et son respect inavouable envers ce Rambo insaisissable et égaré.

Et un beau "Fuck you" à tous ceux qui se sont toujours moqués de ce personnage, désespéré comme une vie gâchée.

En complément, la chanson d'Iron Maiden sur le traumatisme des vétérans :



En cadeau, des fanarts très réussis (dont un, avec Kirk Douglas en colonel Trautman!) :








(1) Comme dirait Magnéto dans X-Men 2.

(2) Kirk Douglas avait donné son accord, à la seule condition que Trautman, finalement effaré d'avoir créé un monstre désormais inapte à vivre parmi les hommes, abatte Rambo à la fin du film. Comme le dit Douglas dans ses mémoires : "Ils auraient fait moins de millions de dollars avec les suites, mais au moins, le film aurait été honnête." Même si je reconnais que l’exécution de Rambo aurait eu du sens (si on considère la dimension certainement autodestructrice de son baroud), j'aime toujours beaucoup la dernière séquence, qui voit John Rambo menotté et escorté par Trautman, au milieu des policiers et habitants, qui se demandent encore comment cet homme a pu leur infliger ça. 
Et je n'aime toujours pas les suites qui ont fait des millions de dollars ;)

mardi 17 mars 2015

VISIONS (2) : Mulan / Ever Dream

Le principe :
Entremêler 
une chanson
et 
un film
qui se complètent.

Vision 2
MULAN/NIGHTWISH

D'abord, il y a les vertigineuses chevauchées sauvages dans les neiges hostiles des montagnes de Chine.
Et puis, il y a le redoutable Shan-Yu, dangereux et fascinant comme un démon.
Et surtout, il y a Mulan, belle jusqu'à la honte, courageuse jusqu'au sacrifice, l'amour au bord du cœur, encombrée de sa féminité qu'elle porte comme un fardeau dans un monde qui ne sait pas quoi faire d'elle.
En bande-son, "Ever Dream" de Nightwish, gorgée de romantisme épique et tragique.

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo sur Vimeo


mercredi 25 février 2015

VISIONS (1) : Frozen (La Reine des Neiges) / Fix You

Le principe :
Entremêler 
une chanson
et 
un film
qui se complètent.

Vision 1
FROZEN/COLDPLAY

C'est le premier, et le plus facile.
Facile, parce que c'est (toujours) le Disney à la mode (et que c'est quand même vachement justifié, parce que c'est une pure merveille) ; et facile, parce que c'est un morceau de Coldplay, qui l'accompagne (et que Coldplay, c'est pour tout le monde, et je le dis sans condescendance : "Fix You" est une des plus belles chansons du monde ; les notes de guitares à 2'35 sont les plus simples possibles (comme le thème de Jaws mais dans un autre registre ;), et elles me percent le cœur à chaque fois).
Facile aussi, donc, parce que pas de metal (mais ça viendra), et pas de Terminator ou de Rocky (mais ça viendra aussi ;)
Les âmes sensibles sont donc les bienvenues !

Cliquer sur la vidéo pour la regarder sur Vimeo

vendredi 20 février 2015

Jeu : "Les trois coups" (3) - SpACe Girls / SpDCe Girls

Règle du jeu :
Relier en trois rencontres professionnelles 
deux artistes
que tout sépare.

Attention : 
il doit s'agir de vraies rencontres professionnelles (composition, production, participation instrumentale, etc.), pas de bisous sur un tapis rouge.

Aujourd'hui

Spice Girls & AC/DC



Réponse :


samedi 14 février 2015

Jeu : "Les trois coups" (2) - Metallitney

Règle du jeu :
Relier en trois rencontres professionnelles 
deux artistes
que tout sépare.

Attention : 
il doit s'agir de vraies rencontres professionnelles (composition, production, participation instrumentale, etc.), pas de bisous sur un tapis rouge.

Aujourd'hui

Britney Spears & Metallica






Réponse




vendredi 13 février 2015

TOP TEN : Les chansons qu'on a adorées autrefois (et qu'on adore toujours aujourd'hui (et comme ça, on a l'impression qu'on ne vieillit pas ;)) SPECIAL MELODIC ROCK

10. KANE ROBERTS - It's Only Over For You
Trésor oublié du Melodic Rock, ce deuxième (et dernier) album du six-cordiste bodybuildé, co-écrit et produit par le démiurge Desmond Child, a été éclipsé par Trash, son grand frère (cf. plus bas), le chef d'oeuvre Melodic Rock d'Alice Cooper (le malin Alice a un chef d'oeuvre dans tous les genres musicaux ;)
Même si tous les autres titres de l'album auraient eu leur place ici, je choisis "It's Only Over For You", parce que l'accord qui l'ouvre est EXACTEMENT le même que celui de "Wastelands" d'Avantasia (et aussi "Fighter" sur le même album de Kane Roberts ;)


9. TESLA - Love Song
Dès son deuxième album, Tesla réussit un coup de maître : la ballade "Love Song" cristallise le meilleur du groupe, à la manière du "Stairway To Heaven" de Led Zeppelin, dont elle reprend la structure de montée en puissance.


8. BONFIRE - Hard On Me
Bonfire s'est entouré des fines gâchettes du genre (Desmond Child, Lance Bulen & Kelly Keeling, Jack Ponti, Marc Ribler) pour dégainer "Point Blank", dont le single "Hard On Me" est la meilleure cartouche.


7. AEROSMITH - Angel
Ecrite en quinze minutes par Desmond Child sous les yeux d'un Steven Tyler qui n'en revient toujours pas, "Angel" est la meilleure ballade d'Aerosmith, n'en déplaise aux fans du vintage "Dream On" ou du bluesy "What It Takes".


6. ALICE COOPER - House Of Fire
Le méga-hit de l'album Trash, qui en fait la collection. Co-écrit par Joan Jett et Desmond Child (toujours lui!)


5. DEF LEPPARD - Let's Get Rocked
Le ronronnement félin de Joe Elliott, les lames de la guitare désormais orpheline de Phil Collen, les chœurs, deux claquements de batterie, et c'est parti pour le meilleur (et le plus accessible) morceau de Def Leppard, comme un rugissement de joyeux défi à cette putain de mort qui venait d'emporter Steve Clark.


4. JON BON JOVI - Bang A Drum
L'authentique des authentiques de ce Top Ten ! Blaze Of Glory est sans conteste mon premier (et donc plus ancien) disque de hard rock. Et ce "Bang A Drum" est toujours aussi inventif et réussi.


3. RATT - Givin' Yourself Away
Ni ballade, ni "rocker", "Givin' Yourself Away" est un morceau unique du genre, que seul saura égaler le "Cry no More" du futur ex-Ratt Stephen Pearcy. Co-écrit par... Desmond Child, bien sûr !


2. DANGER DANGER - Rock America
Ce premier album éponyme de D2 est peut-être le modèle du genre, tout y est parfait, des compos à la production, de la gouaille de Ted Poley aux paroles bas-du-slip.
C'est l'énergie de "Rock America" que je retiens, mais n'importe quelle autre, ou presque, aurait fait le boulot.


1. EUROPE - The Final Countdown
Toujours aussi explosive trente ans après, "The Final Countdown" et son clavier conquérant, emportent tout sur leur passage, y compris le public bigarré du HellFest, qui l'ont tous gueulé à pleins poumons, à un moment ou à un autre. Et vous ?



jeudi 12 février 2015

JEU : "Les trois coups" (1) - Mötley Diön

Règle du jeu :
Relier en trois rencontres professionnelles 
deux artistes
que tout sépare.

Attention : 
il doit s'agir de vraies rencontres professionnelles (composition, production, participation instrumentale, etc.), pas de bisous sur un tapis rouge.

Aujourd'hui

Céline Dion & Mötley Crüe


Réponse